Les circuits

Partenaires

Hôtel

Hotel

Chambres

Rooms

Restaurant

Restaurant

Autocaristes

Tourisme

Tourism

Tarifs des circuits

    HISTORIQUE DU VILLAGE
     

    LES ORIGINES DE THIEZAC

    Au 6e siècle, des Ermites vinrent s'installer dans la grotte située au pied du rocher de Saint Michel. La tradition veut que le bourg de Thiézac se soit crée autour des auberges qui se seraient édifiées pour accueillir les nombreux pèlerins, venus se recommander à leurs prières. D'après le Chanoine Chabeau, Thiézac serait le nom du premier aubergiste venu s'y établir.
    Le dictionnaire du Cantal réfute cette version et pense que l'origine du bourg serait plus ancienne et daterait de la conquête de la Gaule par Jules César. Le nom de Thiézac associerait une racine celtique et une racine grecque signifiant « Lieu aimé des Dieux ».
    Le Vicaire, Louis Buchon, dans sa monographie de Saint Martin, n'est pas d'accord car dit-il qui dans nos montagnes aurait eu connaissance de la langue grecque ? Il penche plutôt pour une définition latine de l'étymologie du mot Thiézac qui serait « Dieu est là ». La présence des Ermites conforterait son raisonnement.
    En imaginant Thiézac perdu dans la montagne avec comme seul accès un chemin difficile, on peut supposer que sa création est bien liée aux Ermites. Quant à l'origine du nom, nous n'avons aucune certitude.

     

    MONUMENTS

    Chapelle "Notre Dame de Consolation" qui domine le village

    Cette petite chapelle de montagne a été construite à l'emplacement où la vierge serait apparue à des pèlerins. A découvrir à l'intérieur de la chapelle : les fresques polychromes : plus d'une quarantaine de médaillons dédiés à la vierge.Elle a été très fréquentée, notamment au XVIIème siècle, époque où Anne d'Autriche, désespérant de pouvoir donner un hériter au trône, vint y faire ses dévotions. Un an plus tard naissait Louis XIV...

           

       
                   

    Eglise "Saint Martin" au centre du village

    Charmante église à découvrir, et notamment pour son retable classé Monument Historique.A voir également à l'intérieur de l'église : une superbe statue du Christ assis et un devant d'autel offert par Anne d'Autriche à la paroisse.

       

    A PROXIMITE
     
     
    Centres d'intérêt aux alentours :
     
    Tennis : 500 m
    Piscine : 6 km
    Pêche : 500 m
    Equitation : 6 km    
    Ski de fond : 3 km
    Ski de piste : 12 km
    Randonnée : sur place
    Hiking: on site

     
     10 km des pistes de ski du Super Lioran
     
            Super Lioran  
    hivers                                                                                               été
                                                                                                  

    Au pied de nombreuses randonnées pédestres.

    Exemple de randonnée :

    Départ de Thiézac à 800 m, 17 km, 7 h.

    A la fontaine du village, prendre le GR 400 qui monte jusqu'à la chapelle ND de la Consolation récemment restaurée (visites possibles) puis atteint Trielle (1090 m.). Suivre la petite route vers la droite jusqu'à Le Clou (gîte d'étape) puis la quitter sur la gauche, le sentier large et ombragé monte dans les estives, passe près du buron de la Vacherie de La Poche puis s'oriente plein nord pour atteindre le Puy de La Poche (1500 m.).
    Descendre vers le petit col (laisser le GR sur la droite) avant d'atteindre le sommet de l'Elancèze tout proche. Ne pas manquer de monter au sommet de la pointe de droite d'où la vue est magnifique à 1571m. On aperçoit tous les principaux sommets du massif et au fond de la vallée le village de Mandailles.
    La deuxième partie de la rando se déroule  avec des passages alternant forêt et pâturages. Passage près des ruines des burons de la Vacherie de la Borie Haute, puis de la Vacherie de Braqueville. Commence ensuite une longue traversée en forêt avant d' atteindre une petite route. L'emprunter en descendant sur la gauche, puis au virage en épingle à cheveux, continuer jusqu'à la belle cascade de Faillitoux.Pour terminer la boucle, il faut traverser le ruisseau et rechercher sur la gauche le sentier qui monte en haut de la cascade puis continue dans le bois en longeant une prairie. Il s'oriente ensuite plein sud puis plein est pour monter au col de Lagat (1096 m.). Du col on aperçoit le hameau de Lagat qu'il faut traverser avant de rejoindre Trielle puis Thiézac.


    Visites de sites pittoresques (cols, cascades..).
     
    Le Pas de Cère : incontournable du Cantal | Carlades   Cascade du Faillitoux | Cantal, Voyage, France
    Gorges Du Pas De Cere                                Cascade de Faillitoux

     
    Cascade de la Roucolle et Pas de Cère – Thiézac – Cantal - Cascades de  France  Montagne et randonnée
    Cascade de la Roucolle                                 Puy de la Poche
     
     
    L'Elanceze  le Lioran(15)sur la crête sud de la vallée de la Jordanne – cyclocolsensolo
    L'Élancèze                                                      Col du Perthus


    Patrimoine.


    Chapelle Notre Dame de Consolation (15800 Thiézac)

    Découvrez cette charmante petite chapelle de montagne. C'est une ancienne chapelle de pèlerinage restaurée à la suite des guerres qui dévastèrent la région. Son architecture fait penser à celle d'un buron. Cette chapelle a reçu un décor peint portant la date de 1667, restauré à la fin du Second Empire puis vers 1930. Ce vaste oratoire de montagne a été érigé au cours du XVème siècle sur le lieu d'une apparition de la Vierge à des pèlerins. L'extérieur fait penser plus à un buron de montagne qu'à un édifice religieux, mais c'est son intérieur qui en fait un élément remarquable du patrimoine local. En effet la voûte est entièrement recouverte de fresques polychromes datant du XVIIème siècle, représentant des litanies la Vierge (plus d'une quarantaine de médaillons dédiés à la Vierge), des figures et des emblèmes religieux. Elle fut très fréquentée et elle aurait reçu la visite d'Anne d'Autriche qui se désespérait d'avoir un fils. Un an après ses dévotions sur place naissait le futur Louis XIV. Le 15 août, une procession aux flambeaux accompagne la remontée de la statue de la Vierge dans la chapelle située au-dessus du bourg. Pour accéder au site, en partant de l'église, il faut suivre le chemin de croix.

    Diaporama.
     

    VISITES

    A voir absolument dans le Cantal !

    En vacances dans le Cantal ? Vous avez certainement entendu parler de Salers, du Puy Mary,
    de la Station du Lioran ou encore d’Aurillac et de St Flour.
    Découvrez les incontournables, les sites qu’il faut voir absolument pendant votre séjour !

    Le Puy Mary, au coeur du volcan
    Puy Mary volcan du Cantal
    [Puy Mary volcan du Cantal]
    Majestueuse pyramide, le Puy Mary trône au centre du grand volcan cantalien. Classé Grand Site de France,
    l’accès au sommet est aménagé et vous permettra d’atteindre un point de vue époustouflant facilement !
    Le Puy Mary est devenu l’emblème du Cantal : cette visite sera à coup sûr un des moments forts de vos vacances.
    N’oubliez pas de faire une pause à la Maison de Site du Puy Mary, au pied du sommet.
    Vous en apprendrez plus sur le volcan du Cantal, la formation du paysage et les possibilités d’activités dans les vallées.
    Pour plus d’informations rendez-vous sur : www.puymary.fr
    Attention : le parking est payant en été sur le Pas de Peyrol (une vignette de 4€ valable toute la saison).
    De plus, les camping-cars et cars sont interdits à la circulation entre 10h et 18h sur la période estivale.
    En dehors de ces horaires, le traditionnel sens de circulation s’applique pour eux.

    Salers, village médiéval
    Vue aérienne de Salers dans le Cantal
    [Vue aérienne de Salers dans le Cantal]
    Salers ça n’est pas qu’un fromage ! C’est aussi un village classé parmi les plus beaux villages de France.
    Visiter Salers, c’est un passage incontournable de votre séjour dans le Cantal. Offrez-vous un moment
    hors du temps en vous baladant dans Salers, et découvrez ses maisons à tourelles, son beffroi, ses remparts…
    Venez flâner dans le village et découvrir les échoppes des artisans !
    Une belle esplanade vous offre un magnifique point de vue sur les Monts du Cantal.
    Pour plus d’informations rendez-vous sur : www.salers-tourisme.fr

    Le Viaduc de Garabit… La Tour Eiffel du Cantal !
    Viaduc de Garabit Gustave Eiffel
    [Viaduc de Garabit Gustave Eiffel]
    Construit par la compagnie Gustave Eiffel, le Viaduc de Garabit impressionne par sa taille : plus de 500m de long et 122m de haut.
    Depuis plus de 120 ans il réunit les 2 rives de la Truyère et suscite l’admiration des visiteurs. Restez jusqu’à la tombée de la nuit pour voir le Viaduc illuminé : un spectacle qui ravira petits et grands !
    Pour plus d’information rendez-vous sur : www.pays-saint-flour.fr

    Aurillac : une ville… à la campagne !
    Aurillac centre historique cantal
    [Aurillac centre historique cantal]
    Prenez le temps de découvrir Aurillac et son centre historique plein de charme avec des rues piétonnières agréables, des jardins où il fait bon flâner, l’Abbatiale St Géraud et le Château de St Etienne. L’Office de Tourisme vous propose des visites thématiques pour découvrir Aurillac sous un autre angle, choisissez de visiter l’Aurillac Secret, l’Aurillac gourmand ou encore les trésors d’Aurillac spécialement pour les enfants !
    Pour plus d’information rendez-vous sur : www.iaurillac.com

    Tournemire et le Château d’Anjony : une histoire tumultueuse
    Chateau Anjony Tournemire Cantal Auvergne
    [Chateau Anjony Tournemire Cantal Auvergne]
    On aime se balader dans les ruelles de Tournemire et découvrir les maisons et leurs pierres monumentales, mais pas question de quitter le village sans avoir visité le Château d’Anjony, qui a su traverser le temps et les tourmentes en demeurant intact. Un impressionnant donjon qui abrite des salles meublées et décorées de fresques remarquables…
    Pour plus d’information rendez-vous sur : www.salers-tourisme.fr

    Le Lac de St Etienne Cantalès
    Lac Saint Etienne Cantales dans le Cantal Auvergne
    [Lac Saint Etienne Cantales dans le Cantal Auvergne]
    Pour s’offrir une pause au bord de l’eau ou pour s’adonner aux sports nautiques, on file au Barrage de St Etienne Cantalès ! Cette retenue d’eau de plus de 600 hectares est un véritable paradis pour les vacances. On vous conseille la balade sur le sentier aménagé au Puech des Ouilles, ou la passerelle de Rénac pour les amateurs de sensations. Mais si vous préférez vous baigner ou vous amuser dans l’eau, rassurez-vous, de nombreuses activités vous attendent !
    Pour plus d’information rendez-vous sur : www.chataigneraie-cantal.com

    Saint Flour, cité d’art et d’histoire
    Saint Flour et sa cathédrale
    [Saint Flour et sa cathédrale]
    Du haut de son promontoire volcanique, Saint Flour domine la planèze cantalienne. 15 siècles d’histoire à découvrir, c’est ce que vous réserve cette ville. Ne manquez surtout pas les remparts naturels d’origine volcanique, qui donne à Saint Flour toute son originalité, ni la cathédrale Saint Pierre avec sa façade originale et surprenante. L’Office de Tourisme vous propose des audioguides pour une visite de la ville à votre rythme (trois circuits sont possibles).
    Pour plus d’information rendez-vous sur : www.pays-saint-flour.fr

    Le Massif de la Pinatelle et le lac du Pêcher : à la découverte de la faune du Massif Cantalien !
    Lac du Pêcher à Murat cantal auvergne
    [Lac du Pêcher à Murat cantal auvergne]
    Sur le plateau de Chalinargues entrez dans la forêt de la Pinatelle, une véritable île de pins au milieu des estives. Elle abrite en particuliers des cerfs, qu’on aime aller écouter bramer à l’automne. Autour du Lac du Pêcher, on vous invite à partir sur le sentier de découverte aménagé pour une balade 100% nature, rythmée par l’exploration de la faune à l’aide de panneaux et de pupitres. Sans oublier l’observatoire des oiseaux installé au bord du lac !
    Pour plus d’information rendez-vous sur : www.hautesterrestourisme.fr

    La Station du Lioran et le Plomb du Cantal
    Téléphérique de la Station du Lioran vers le Plomb du cantal
    [Téléphérique de la Station du Lioran vers le Plomb du cantal]
    Le Lioran c’est la Station du Cantal ! L’hiver on s’en donne à cœur joie sur les 60km de pistes de ski, et l’été on fait le plein de sensations pleine nature. Et pour un panorama inoubliable quelle que soit la saison, embarquez à bord du téléphérique et accédez au toit du Cantal ! !
    Pour plus d’information rendez-vous sur : www.lelioran.com

    Chaudes Aigues : les eaux les plus chaudes d’Europe !
    Source du Par à Chaudes Aigues Auvergne
    [Source du Par à Chaudes Aigues Auvergne]
    On visite Chaudes Aigues au fil de l’eau, de la Source du Par qui sort à 82°, au Musée de la Géothermie en passant par le lavoir à eau chaude et le centre thermoludique Caleden… Une découverte unique dans le Cantal à faire en famille !
    Pour pour plus d’information rendez-vous sur : www.chaudesaigues.com

    Château d’Auzers
    Le Château d'Auzers édifié en 1364, en pleine guerre de Cent Ans. Et ce, comme bon nombre de places fortes que l'on peut encore découvrir dans cette région. Il était alors le Château fort tel que les enfants se l'imaginent. Ce monument subit des Jacqueries du début du XVème , cependant, en épousant Alix de Bompar en 1470 qui lui apporta les terres d'Auzers en dot, Antoine de Douhet décida de s'installer pour toujours à Auzers et de restaurer cette demeure désormais familiale. Leur nom deviendra alors Douhet d'Auzers. Nom que continue de porter les propriétaires actuels, descendants directs de cette union et en fait l'une des plus anciennes familles de France. Ainsi la vision que l'on peut avoir du Château d'Auzers est à peu de choses près celle qui existait au début du XVIème Siècle. En pénétrant, on aurait pu craindre des lieux sombres et un style résolument rustique, au contraire, dans les nombreuses pièces ouvertes au public (mais dont certaines profitent toujours à la famille) une profonde et inhabituelle chaleur humaine...
     
    Château de Val

    Le château de Val, construit au XVème siècle par la famille d'Estaing, a été transfiguré par la mise en eau du barrage de Bort qui l'a isolé, avec sa chapelle, sur un presqu'île reliée à la terre par une jetée. Il occupe, depuis, un site des plus pittoresques de la Haute Auvergne. Cette imposante forteresse est flanquée de six tours couronnées de mâchicoulis et coiffées de toits en poivrière, dont les différentes couvertures donnent à la toiture de Val un original chatoiement de couleurs. Dans la cour d’honneur, une chapelle gothique (Monument historique), également du XVème est dédiée à Saint-Blaise. On pénètre dans le château par une porte bardée de fer, dont le tympan est orné d’un bas-relief aux armes fleur de lys des d’Estaing. Un escalier en spirale dessert les divers étages par un vestibule, qui, à l’origine, était une cour intérieure sans toiture. Le premier étage comprend trois grandes salles dont la décoration (plafonds et cheminées) date du milieu du XIXème siècle.Le deuxième étage est réservé, chaque année, aux expositions des œuvres des plus grands artistes peintres contemporains. Au dernier étage, du chemin de ronde, on découvre un splendide panorama sur le lac. La charpente des tours est intéressante par l’importance et le travail des ses éléments. Autrefois chef-lieu d’une baronnie, appartenant à la famille de Thynières, Val fut vendu par Guillaume de Thynières à Guillot d’Estaing, qui entreprit la construction du château actuel en 1440, sur les fondations de l’ancienne forteresse.
    Au pied du château une plage a été aménagée (baignade surveillée) ainsi qu'une base nautique avec des départs de promenades en vedette. Après plusieurs abandons et restaurations successives, le château de Val est depuis 1953 la propriété de la ville de Bort-les-Orgues. Il est situé sur la commune de Lanobre, dans le Cantal.
     
    Château d’Anjony
    Construit par Louis d'Anjony, compagnon de Jeanne d'Arc ayant reçu du Roi Charles VII mission de protéger les alentours, le donjon d'Anjony est toujours là, intact et fier, exemple très caractéristique des petites forteresses de montagne du XVème siècle. Son histoire fut tumultueuse aux XVème et XVIème siècles, car une véritable "vendetta" opposa la famille d'Anjony à celle des Tournemire, trop proches voisins et rivaux. Au XVIIIème on ajouta à l'austère construction médiévale, un corps de logis plus accueillant et plus conforme aux goûts de l'époque. Riches intérieurs décorés de remarquable fresques du XVIème et mobilier des diverses époques de la vie du château. La demeure est toujours habitée par la même famille depuis l'origine. Spécimen typique de l'architecture militaire du Moyen Âge, bien que construit autour de 1430. Donjon quadrangulaire flanqué de 4 tours rondes l'une d'entre elles renfermant un escalier hélicoïdal desservant l'ensemble du bâtiment. Il est couronné par un chemin de ronde sur les 4 faces et chaque tour possède le sien propre.
     
    Château de Sédaiges
    Château de guet du XVème siècle, niché à 700 m d'altitude dans un parc de 8 ha. avec vue sur les Monts d'Auvergne. Repaire militaire dès le XIIème siècle, Sédaiges fut témoin et acteur des luttes franco-anglaises dans l'Auvergne médiévale. Reconstruit en forteresse au XV siècle, embelli au XVIII, ce château impressionnant offre en outre un exemple unique de l'architecture Troubadour du XIXème siècle. La même famille l'occupe depuis toujours, ce qui lui a permis de conserver une décoration intérieure spectaculaire. Revivent dans ces salons privés des scènes des Malheurs de Sophie. Personnages et costumes d'époque, jeux anciens, vaisselle d'apparat, les facettes d'un monde disparu brillent dans le cadre de boiseries et tapisseries classées.
     
    Château de Pesteils

    Perché sur son roc escarpé à 750 mètres d'altitude, l'ancienne forteresse de Polminhac domine fièrement le Vallée de la Cère. Quarante mètres de haut, couronné d'un étage de mâchicoulis, le donjon imposant symbolise toute la majesté du château de Pesteils et évoque le Moyen Âge dans sa plus rude expression (XIVème et XVème siècles). Pendant la deuxième moitié du XVIIème siècle, le corps de logis et le pavillon d'angle ont été refaits, à la mode troubadour, par l'architecte Émile Lemaigre au début du XIXème siècle; tous les projets ont été conservés. Au XIXème siècle leurs décors intérieurs ont été remaniés dans le goût néo-gothique puis réaménagés au début du XXème siècle. Des fresques du XVème siècle ont été restaurées en 2008 (prix Sotheby's), ainsi que des plafonds peints, des meubles, une ancienne cuisine qui a reçu le prix La Cornue. Des peintures murales du premier quart du XXème siècle de Félix Tourdes (1855-1920) sont classées monument historique au titre d'objet depuis 19803. Le parc du château de Pesteils a été redessiné au début du XXème siècle, il comporte une terrasse en terre-plein, un jardin potager et un verger. Il a été inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables... Le XVIIème siècle enrichit le corps principal de remarquables plafonds peints. L'ensemble présente un très beau mobilier. Agrandi et restauré au XIXème siècle, le château est la propriété depuis 1608 de la famille de Cassagne.
     
    Cathédrale Saint-Pierre de Saint-flour (15100 Saint-Flour)
    La cathédrale Saint-Pierre de Saint-Flour est l'une des quatre cathédrales d'Auvergne. Elle est située au cœur de la ville de Saint-Flour (Cantal), sur la place d'Armes bordée d'arcades et vers laquelle convergent de nombreuses rues anciennes. De style gothique, elle fut achevée à la fin du XVème siècle, sur l'emplacement d'une basilique romane, mais fut sévèrement endommagée sous la Révolution. Comme pour d'autres édifices religieux de la région, la matériau utilisé est la pierre volcanique – la lave noire de Liozargues – qui lui confère une couleur sombre caractéristique. Un premier sanctuaire fut construit pour abriter les restes de Florus, premier apôtre de la haute-Auvergne. Au XIème siècle, Odilon de Mercœur, abbé de Cluny fonda le prieuré de Saint-Flour et construisit une basilique romane que le pape Urbain II consacra en 1095. En 1317 la basilique fut érigée en cathédrale. Après l'écroulement partiel du côté nord de l'édifice en 1398, l'évêque Hugues de Manhac confia sa reconstruction à Hugues Joly. Une nouvelle cathédrale, de style gothique flamboyant, dotée de trois nefs et de quatre tours, fut consacrée par l'évêque Antoine de Montgon en 1466.Pendant la Révolution, l'édifice fut saccagé et transformé en temple de l'Être suprême. La cathédrale ne fut rendue au culte qu'en 1802. Entre 1846 et 1856 d'importants travaux de restauration furent entrepris et les deux tours latérales furent démolies. La cathédrale a été classée monument historique le 30 octobre 1906. En 1966, les cérémonies du cinquième centenaire de la cathédrale réunit notamment Mgr. Pourchet, le nonce apostolique en France, Georges Pompidou, alors Premier ministre, et Mgr. Maziers, évêque de Bordeaux. L'altitude au parvis (892 m) en fait la cathédrale plus haute d'Europe.
     
    Eglise Saint-Leger (15400 Cheylade)